Comment faire du vin de cerises maison

Ingrédients :

Procédure :

  1. Verser le jus de cerise et de poire dans la cuve de fermentation primaire préalablement stérilisée. Comme le jus est pasteurisé, il ne sera pas nécessaire de le stériliser à nouveau.
  2. Ajouter le sucre.
  3. Ajouter les nutriments à levure, l’enzyme à pectine, le mélange acide
  4. Bien brasser le moût pour dissoudre le sucre et les autres ingrédients.
  5. Si on possède un hydromètre, il est temps de prendre la densité et la température du moût et de les noter dans notre charte de fermentation. La densité initiale recherchée doit être d’environ 1,085.
  6. Ajouter la levure.
  7. Fixer une bonde hydraulique remplie d’un mélange eau-sulfites sur la cuve ou fermer le couvercle de façon non hermétique.
  8. Après 7 à 10 jours, soutirer le vin vers une cuve de fermentation secondaire en laissant le dépôt derrière.
  9. Fixer la bonde hydraulique et laisser la fermentation se poursuivre pour encore 7 à 10 jours.
  10. Soutirer une seconde fois le vin vers une tourie propre et stérile. Gardez l’équivalent d’une coupe dans un récipient stérile.
  11. Ajouter le sucre au goût pour sucrer le breuvage final (facultatif). Bien brasser pour libérer le gaz carbonique du vin et dissoudre le sucre (si applicable). Il faudra ensuite stabiliser le vin.
  12. Écraser 1 comprimé Campden et le dissoudre avec le sorbate de potassium dans le vin qu’on a gardé en réserve dans une coupe. Verser ce mélange directement dans la tourie qui contient le reste du vin. Bien brasser à l’aide d’une cuillère stérile.
  13. Si l’espace entre le vin et le haut de la tourie dépasse 5 cm, il faut le combler avec un peu d’eau stérile.
  14. Remettre la bonde hydraulique et laisser le vin se clarifier et vieillir en lot durant deux à quatre semaines avant de l’embouteiller.

Cette recette pourrait être modifiée pour créer un excellent vin mousseux.

Bonne cuvée!

ATTENTION AVANT D’EMBOUTEILLER

Si vous avez ajouté du sucre fermentable après la fermentation, il est important de stabiliser le breuvage avec des sulfites et du sorbate de potassium pour éviter l’éclatement d’une bouteille due à la poursuite de la fermentation de ce nouveau sucre à l’intérieur de la bouteille. La stabilisation devrait pouvoir empêcher toute nouvelle fermentation du breuvage. Toutefois, certains amateurs vont aussi embouteiller le breuvage sucré dans des bouteilles pouvant être mises sous pression. Des bouchons adaptés à cette tâche devront aussi être utilisés.

Image courtesy of Pixomar / FreeDigitalPhotos.net


Categorised in: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *