Comment faire de l’hydromel : la boisson des Dieux!

hydromelVoici enfin comment faire de l’hydromel!

La consommation d’hydromel remonte à la nuit des temps. Fait à base de miel et d’eau (ou de jus), l’hydromel saura plaire à votre palais. Autrefois, l’hydromel était le breuvage de prédilection des soirées arrosées. Peu à peu, le vin a remplacé l’hydromel, si bien qu’aujourd’hui, seuls certains artisans spécialisés fabriquent encore ce breuvage. Le prix en magasin est donc souvent très élevé.

Pourtant, vous pouvez fabriquer vous-même facilement un très bon hydromel qui ravira vos invités.

Comment faire de l'hydromel

Name/Image Learn MoreBrandRatingCaractéristiques
Faire de l’hydromel comme un Viking

Faire de l’hydromel comme un Viking

Voir prixÉvaluation Jereme Zimmerman5 Star Average Rating Comment faire de l'hydromel facilement grâce aux méthodes ancestrales.
The compleat meadmaker : faire de l’hydromel à la maison

The compleat meadmaker : faire de l’hydromel à la maison

Voir prixÉvaluation Ken Schramm4.5 Star Average Rating Guide complet pour faire de l'hydromel à la maison de débutant à avancé.
Making mead : a complete guide

Making mead : a complete guide

Voir prixÉvaluation Bryan Acton4 Star Average Rating
Faire de l’hydromel : 43 recettes

Faire de l’hydromel : 43 recettes

Voir prixÉvaluation Bryan Acton3.5 Star Average Rating

Savoir être patient

L’hydromel est un breuvage qui nécessitera un temps de fermentation beaucoup plus long que la bière, le vin ou le cidre car ses sucres sont plus complexes à métaboliser pour la levure. Mais, le temps d’attente en vaut la chandelle puisque le breuvage développera des arômes délectables qu’aucun autre breuvage fermenté ne vous apporterons.

J’ai récemment ouvert une petite bouteille que je gardais en réserve depuis 4 ans! Laissez-moi vous dire que son goût était plus qu’exquis même si j’avais fait bouillir mon eau et mon miel pour des raisons de salubrité avant de mettre à fermenter.

Le miel contient en lui-même ses propres agents antibiotiques. Il contribuera donc à garder votre breuvage sain. On trouve sur le marché plusieurs sortes de miel. Le meilleur miel pour réaliser des boissons alcoolisées est le miel de fleurs sauvages non pasteurisé. Chaque pot de miel créera donc une recette au goût unique.

Faire bouillir le miel ou pas?

Comme le produit n’est pas pasteurisé, il existe toujours un risque qu’il soit contaminé par des micro-organismes indésirables. Mais, le miel étant un antibiotique naturel, l’alcool, étant un désinfectant naturel et l’ajout ensuite de sulfites ne fourniront pas un milieu propice aux bactéries, réduisant ainsi les risques au minimum. Vous pouvez néanmoins faire comme moi et faire bouillir le miel en le mélangeant à de l’eau pour le stériliser ou utiliser du miel pasteurisé à votre convenance. Puis, vous pourrez ensuite ajouter des arômes après ou pendant la fermentation. Toutefois, de faire bouillir le miel lui retirera en grande partie ses saveurs subtiles propres, celles qui sont souvent justement recherchées. À vous de décider.

Si vous faites bouillir le miel, sachez qu’il doit être dissous dans de l’eau ou du jus. Car le miel a, comme le malt, tendance à descendre vers le fonds du chaudron. Il faudra donc brasser continuellement en le versant petit à petit. Utilisez un chaudron et une cuillère en acier inoxydable. Si de la mousse se forme à la surface, retirez-la.

Il existe de nombreuses recettes d’hydromel et de ses dérivés, mais l’hydromel de base se fabrique habituellement avec 5 à 9 parts d’eau par part de miel. Je sais, le chiffre est vague, mais comme deux pots de miel ne goûtent pas la même chose et spécialement deux pots de deux régions différentes ne goûteront bien sûr pas la même chose, chaque cuvée que vous ferez aura un goût unique. Le mieux, c’est d’expérimenter et de ne pas chercher à standardiser. Ça enlève tout le plaisir de la surprise! Choisissez de préférence un miel local!

Recette gratuite d’Hydromel « le breuvage des Dieux »

Image courtesy of phasinphoto / FreeDigitalPhotos.net


Categorised in: ,

13 commentaires

  • Misave kamala th dit :

    Suis ravi de votre fabrication de l’hydromel. Pour moi je fabri que l’hydromel de la maniere suivante, apres avoir traire le miel dans le rayon, apres nous prenon le rayon restant nous allons bouillir nous conservon ca

  • damien dit :

    3 tasses de miel correspond a quel poids ? merci

  • Marc B. dit :

    Bonjour, quand vous parlez de temps de fermentation plus long, à quoi pensez vous? Je viens de mêler 8 kg de miel à 36 L d’eau distilée (+ levures, arômates, etc…) À partir de quand devrais-je commencer à surveiller la fin de la fermentation?
    Merci d’avance!

    • Alain dit :

      Bonjour,
      Les sucres simples prennent environ dix jours à fermenter. Pour le miel on peut parler de plusieurs semaines voir quelques mois (2 mois ou plus). Il faut surveiller le airlock pour voir s’il y a de l’activité. Référez-vous au point 9 et 11 de la recette pour explications.
      Bonne chance! Ça va vous faire une belle cuvée!

  • Fragnière dit :

    Bonjour…
    Quel est la capacité du galon en verre pour votre recette ?
    Débutant, j’aimerais savoir ce que vous entendez par cuve de fermentation primaire et secondaire
    Pour le point 11, il faut attendre jusqu’à la fin de la fermentation, respectivement plus de gaz qui sort
    Quand vous soutirez ou transférer l’hydromel, vous siphonez le liquide ou vous transvasez avec entonnoir et passoire pour les dépôts ?
    Merci d’avance pour vos précisions

    • Alain dit :

      Bonjour, pour la première question c’est un gallon. Cuve de fermentation primaire c’est la première cuve dans laquelle on met le moût et la levure. Ensuite on soutire avec un siphon vers la deuxième cuve en laissant le dépôt. On appelle celle-ci cuve de fermentation secondaire.

      Quand on fait du vin, on prend généralement une chaudière de 6 gallons comme cuve de fermentation primaire et on n’y met pas de airlock. Et on prend une tourie en verre de 6 gallons avec un airlock comme cuve de fermentation secondaire.

      Pour transvaser d’une cuve à l’autre, toujours prendre un siphon et rester loin du dépôt. Éviter de brasser. Le but est de laisser les sédiments au fond et de ne pas les amener dans la deuxième cuve. On commence déjà le processus de clarification à cette étape.

      • Fragnière dit :

        Bonjour,
        Merci pour vos réponses…
        Donc pour votre recette, il faut un récipient de 3.785 litres ?
        Si je comprends bien, sur le point 7, on met juste la bonde hydraulique pour éviter que de la poussière pénètre dans le récipient sans airlock pendant environ 7 jours ?
        Pour le point 11, il faut attendre qu’il n’y ait plus de gaz carbonique qui s’échappe pour passer au point 12 ?

        • Alain dit :

          Bonjour Fragnière,
          Pour la présente recette, effectivement il faut une cuve en verre de 1 gallon US 3,78l fera l’affaire. Une fois le miel dissout dans 3,5l d’eau il devrait vous rester juste un peu d’espace.

          La première fermentation est souvent très « agressive » même si avec le miel c’est généralement plus lent et moins intense. Alors pensez à mettre votre cuve de fermentation dans un endroit qui peut supporter un petit dégât. Ou prenez une cuve de 1 gal impérial (4,54l) pour vous permettre plus d’espace.

          Si possible vous pourriez aussi prendre carrément une cuve de plastique hdpe pour usage alimentaire d’un gallon avec un large couvercle et seulement déposer le couvercle lâchement sur le dessus durant la première phase de fermentation pour empêcher la poussière d’entrer tout en laissant le gros de la réaction se faire avec plus d’espace.

          Si vous ne disposer que d’une cuve en verre telle que celle montrée en photo ci-haut, je vous suggère pour votre première expérience de mettre la bonde hydraulique mais de garder un oeil fréquemment dessus durant les premiers 72h. Si la réaction est trop « féroce » et que le mélange menace d’entrer dans la bonde, retirez la et poser le bouchon de cuve lâchement sur le dessus le temps que le plus gros de la réaction passe.

          N’hésitez pas à vous réajuster lors de votre deuxième cuvée si la cuve est trop remplie et la réaction trop féroce.

          Il est difficile de prévoir la réaction car elle dépend de la nature de votre miel et de la vigueur de votre levure.

          Pour le point 11 et 12. Avant de passer au point 12 vous voulez que la fermentation soit terminée (aucune activité ou activité très très très ralentie dans la bonde hydraulique). L’objectif du point 12 c’est de transférer l’hydromel dans une cuve propre et stérile en laissant le dépôt derrière afin de laisser ensuite l’hydromel se clarifier naturellement.

          Bonne cuvée

  • Fragnière dit :

    Re-bonjour…
    Je n’arrive pas à trouver les nutriments à levure, les sachets de levure et le comprimé Campden. Habitant en Suisse, je ne sais pas si ces produits sont en vente. Pourriez-vous m’aiguiller svp.
    Merci

    • Alain dit :

      Bonjour, allez sur amazon ou ebay, vous trouverez tout ce qu’il vous faut. Je ne sais pas si ces produits sont disponibles en suisse et je ne connais pas les lois suisses à propos de la fabrication d’alcool à usage personnel. Assurez vous que c’est permis. Si vous avez de la difficulté à trouver des ingrédients il pourrait bien y avoir une raison… légale…

      De grâce ne prenez pas de levure à pain… vous allez vous ramasser avec un beau gâchi.

    • Alain dit :

      En passant les nutriments à levure ne sont pas obligatoires. C’est mieux mais pas obligatoire. Pour le comprimé campden, il se peut que ce soit commercialisé sous un autre nom. C’est du metabisulfite de potassium pour usage alimentaire. Attention à bien lire la notice car c’est un irritant respiratoire. Néanmoins on s’en sert pour stabiliser et garder le vin sain.. (communément appelé sulfites)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *